Close Filtrer

De la production à la consommation dans l’assiette, l’alimentation pose de nombreuses questions en matière de santé environnementale.

Les conseils pour agir:

  • Privilégier les aliments produits localement et de saison
  • Privilégier des produits non transformés à cuisiner
  • Conserver les aliments dans des bocaux ou boites en verre
  • Privilégier les achats en grand contenant ou en vrac
  • Privilégier des produits de l’agriculture biologique
  • Limiter la consommation de viande à une fois par semaine
  • Manger varié et équilibré

En effet, les contaminants chimiques, qui peuvent avoir des effets tant sur la santé que sur l’environnement, se retrouvent à différents niveaux :

  • Les semences utilisés qui peuvent être génétiquement modifiées et consommées directement ou indirectement si elles servent à nourrir les animaux;
  • Les produits appliqués sur les cultures tels que les pesticides (insecticides, fongicides, herbicides) ou les engrais… (qui touchent au premier chef les paysans qui les appliquent);
  • Les produits appliqués sur les aliments (fumage-rôtissage, saumurage, irradiation);
  • Les produits ou molécules additionnés aux aliments (additifs alimentaires, hydrogénation…);
  • Les produits qui migrent à partir de matériaux en contact avec les aliments tels que les plastiques (Bisphénol A), conserves ou encres…;
  • Les produits qui peuvent s’accumuler dans les aliments, essentiellement dans la viande et le poisson (médicaments utilisés pour les animaux, pesticides sur la nourriture animale ou dans l’eau consommée par les animaux…) ;
  • Les contaminants environnementaux (dioxines, métaux, PCB…) qui vont directement, ou par bioaccumulation, contaminer les aliments.

Au delà de la question des contaminants, l’alimentation pose des questions complémentaires où le lien entre l’environnement et la santé est moins direct :

  • Le conditionnement des aliments (suremballage, portion individuelle…) qui va entrainer la production de déchets dont la gestion a des effets sur la santé (transports des déchets, combustion des déchets…);
  • Les conditions de production (serres chauffées…) et le transport des aliments (bilan carbone…) qui par la consommation d’énergie contribuent au dérèglement climatique et ont un effet sur la qualité de l’air;
  • Les types d’aliments consommés qui dans leur production sont très énergivores (viande de bœuf…) ou appauvrissent les sols du fait de la production intensive (huile de palme…) avec des effets certains sur la qualité de vie des habitants aux alentours ;
  • Les conditions de vie du producteur qui si elles sont dégradées ont un effet sur leur santé (face à cela, se développe le commerce équitable).

Tous ces points sont autant de pistes possibles pour faire évoluer nos pratiques alimentaires.